Skip to main content

JO Paris 2024/Marie Josée Ta Lou, affiche ses ambitions: «Je vais faire de mon mieux aux JO»

Après son retrait des 23es championnats d’Afrique d’athlétisme Douala 2024, la sprinteuse ivoirienne de 35 ans, Marie Josée Ta Lou dit sa part de vérité et évoque les prochains jeux olympiques de Paris 2024.

Nous sommes à un mois des Jeux Olympiques de Paris 2024, sentez-vous prête et en pleine forme pour ces échéances ?
Nous sommes effectivement à un mois des Jeux, je continue de me préparer. Je reste focus sur l’objectif.

Ta Lou promet-elle des chronos exceptionnels à Paris ?
Sûrement. Je me suis préparée pour cela et je vais prendre les dispositions pour y arriver.

Pour ces Jeux Olympiques Paris 2024, que promet Ta Lou aux Ivoiriens?
Cette fois-ci je ne veux pas faire une promesse quelconque aux Ivoiriens. Je vais faire de mon mieux aux JO. J’ai été mentalement déçue par de nombreux mauvais résultats surtout en terminant 4e chaque fois. Cela m’a beaucoup affectée. Si je suis encore revenue, c’est parce que j’ai un mental fort. Je donnerai mon meilleur pour ces JO.

Ce sont les derniers JO de Ta Lou ?
Sûrement. J’ai 35 ans aujourd’hui. Il faut savoir partir. Mais si Dieu me donne la force, je serai encore là.

Pourquoi avez refusé de continuer les championnats d’Afrique? Est-ce par mesure de prudence?
Bien sûr. C’est par mesure de sécurité. J’ai agi ainsi parce que les débuts de la compétition n’étaient pas trop au top. Je ne peux pas venir courir et rester là sans connaître les résultats sur place et même l’étape suivante. Je n’ai pas du tout apprécié. Les conditions dès le début de la compétition n’étaient pas appréciables pour moi. J’ai voulu arrêter parce que je me suis fait un peu mal. Puisque les Jeux olympiques pointent déjà à l’horizon, j’ai préféré arrêter pour éviter de gros risques. On ne parle pas pour parler, mais que les choses changent. Pas seulement pour nous. Nous aurions pu ne pas venir et rester dans nos coins. Mais nous avons décidé de venir faire la promotion du sport africain parce que c’est notre compétition. Et c’est ce que j’ai toujours fait.

Quel commentaire donc sur le retrait des autres athlètes ?
J’ai 35 ans et j’assume ce que je fais. Depuis mercredi comme vous l’avez constaté, je ne me suis pas plainte mais si je l’ai fait, c’est parce que j’ai voulu juste attirer l’attention des dirigeants. Pas dans une intention de nuire. Les championnats d’Afrique, c’est notre compétition en tant qu’Africains. Je ne demande pas non plus que nous soyons dans les conditions américaines ou européennes. Je suis consciente de nos réalités. Pour preuve, j’ai toujours répondu présente aux Championnats d’Afrique en 2018, 2016, 2014 et 2012. C’est seulement les championnats de 2022 que je n’ai pas pu parce que j’avais changé de coach et un problème à l’épaule. Je suis quand même heureuse parce que les conditions se sont améliorées.

Que pensez-vous de la relève ivoirienne ?
Il y en a assez. Il y a Jessica Gbai, Maboundou Koné, Aniella... Quand je vois leurs performances, elles ont toutes un avenir prometteur. Je ne cesse de leur donner des conseils. En tant que leur aînée, je suis constamment à leur disposition.

Un message à l’endroit de toutes ces jeunes filles qui vous admirent de loin en Côte d’Ivoire.
Je suis toujours touchée par l’admiration de toutes ces jeunes filles. Ce que je peux leur dire c’est qu’elles restent mentalement fortes comme Ta Lou, quelle que soit la situation. Ne jamais se décourager.

ND avec FIA

Pin It
  • Vues : 298